contacts newsletter
retour au hub Chronos


Pour vous inscrire à la newsletter entrez votre adresse e-mail.




se désinscrire

blog

[MGDIS] Pourquoi ils participent ?

19/06/2013

Qui êtes-vous?


MGDIS est une société (SA) créée en 1983, localisée à Vannes (56) ; son métier est l’édition de solutions pour le pilotage et la valorisation de l’action publique ; elle comporte environ 100 collaborateurs.
Elle conçoit et diffuse des solutions de gestion et d’aide à la décision à destination, principalement, des collectivités locales, de l’administration centrale et du secteur de la santé : près de 700 clients dont la plupart des départements et des régions, un hôpital sur 2, de nombreuses villes et groupements dans des domaines variés tels la gestion des aides et des opérations, la stratégie-programmation financière, les observatoires, les solutions de développement durable…


Les dirigeants sont : Jean-Marc Bienvenu P&DG (59 ans) et Frank Mosser DGD (49 ans).


Qu'est-ce qu'évoque pour vous / votre structure l'open data et le partage des données ?


Les données publiques ouvertes ne sont pas une découverte pour MGDIS qui diffuse des solutions d’observatoire de données publiques depuis plus de 20 ans ; les entités publiques produisent par nature des informations publiques ; leur valorisation pour piloter leur action et interopérer avec d’autres acteurs est au cœur de notre activité.


Les nouvelles approches de l’open data sont une ouverture vers le « gouvernement ouvert » que nous souhaitons voir s’épanouir… à tous les niveaux de la gestion publique.


Quel est votre intérêt à participer au programme DatAct ?


La production de services est l’enjeu de la valorisation des données publiques publiées. L’enjeu est européen.
Nous attendons de DATACT d’être à la fois un espace de réflexion sur la production de services urbains, non pas sur les technologies – que nous nous efforçons de maitriser – mais sur les façons de produire de l’usage, de l’utilité.


Nous nous intéressons fortement aux notions de productivité et de mutualisation dans les administrations, et de l’introduction des usagers dans le circuit : l’interopérabilité doit être au cœur des usages.
Enfin, puisque nous serons acteurs de la valorisation des données publiques, nous souhaitons échanger avec d’autres partenaires du secteur public (sociétés de services, d’infrastructures…) afin d’élaborer en coopération des services nouveaux et riches.


Il nous semble que la question est – actuellement – essentiellement d’innover.

 

DATACT @datact

Quand la connexion s'accroît (-10 pts), la confiance se ratatine (-15 pts). 81% des internautes perplexes sur l'exp… https://t.co/sxXH9IxlST


plus

DATACT @datact

Du difficile exercice de la cryptographie, à la fois outil de protection et de perversion. https://t.co/LlqYXXjOhH