contacts newsletter
retour au hub Chronos


Pour vous inscrire à la newsletter entrez votre adresse e-mail.




se désinscrire

fermer

Régie de données

Les séances de créativité de Datact2 ont fait émerger un principe de fonctionnement fédérateur pour la mise en oeuvre effective du partage des données sur un territoire : la régie de données repose sur une dynamique d’échange organisée pour la production de "flux et pour la "fluidification du jeu des acteurs principalement.

 

Dans cette optique chaque, acteur producteur / consommateur de données est invité à mettre des données dans un espace commun. Dans l’interaction des acteurs en présence, chacun reçoit des données enrichies, des "flux, des API, des services, une audience fédérée.


Pour être efficiente, une telle approche suppose de prendre en compte les motivations et les besoins de chaque partie prenante du jeu d’acteurs impliqués :

- Les entreprises sont principalement intéressées par une action d’Extract Transform Loading où leurs propres données sont homogénéisées pour, en interne, produire de l’interopérabilité et en externe, accéder plus facilement à des marchés de données et de services. Le choix de tels protocoles leur permet par ailleurs d’accéder plus facilement à certaines collectivités territoriales participant à ce principe de régie.

- Les territoires souhaitent, eux, produire un effet de cercle vertueux capable d’accompagner la production de services et d’innovation sur leur espace. Une telle approche leur permettrait aussi d’avoir une certaine maîtrise des effets d’externalités s’exerçant sur leur territoire du fait de ces différentes productions et interactions.

- Les usagers enfin, principaux producteurs de flux, sont motivés par un label garantissant un usage éthique et sécurisé des produits et des traitements de données personnelles liés à une régie de ce type.


Si le schéma produit une convergence entre les acteurs, reste à déterminer le type de gouvernance, qui certainement reposera sur un modèle ad hoc probablement inspiré des logiques de coopérative, ainsi qu’un modèle économique.


Pour aboutir un tel modèle il importe de penser en termes d’externalités positives pour chacun des acteurs, ainsi que de déploiement de marchés bifaces. La solvabilité des marchés elle, ne sera mesurable qu’après une expérimentation concrète et l’obtention d’un effet de seuil et d’audience.